Guide

Référence

Nos agences

Cedric V. immo
208 Grand Rue
59138 Pont sur Sambre
03 27 64 05 06

--------------

Cedric V. Immo
31 place Leclerc
59440 Avesnes sur Helpe

03 27 65 13 90

--------------

Cedric V. Immo
Galerie marchande Carrefour
59610 Fourmies
03 27 60 01 00

--------------

Cedric V. Immo
14 rue Saint Maur 59570 Bavay
06 40 58 75 85
(pendant notre déménagement vers la place de Gaulle à Bavay)



Financement :

Crédit immobilier / Condition suspensive (Cass. Civ. III : 28.3.07)

Crédit immobilier / Condition suspensive (Cass. Civ. III : 28.3.07)

Les dispositions protectrices du code de la consommation en matière de crédit immobilier (art. L.312-2) jouent pour les particuliers qui ont recours à l’emprunt pour financer des travaux immobiliers à deux conditions : que le crédit finance la construction, la réparation, l'amélioration ou l'entretien des immeubles et que le montant de ces dépenses soit supérieur à 21 500 €.

Qu’en est-il des travaux réalisés avec le concours d’un architecte ? Ce contrat est-il soumis aux dispositions du code de la consommation ? La Cour de cassation a considéré qu’à partir du moment où les dépenses d’architecte sont incluses dans le coût de la construction financé par un prêt, l’architecte étant informé du mode de financement, le contrat d’architecte est conclu sous la condition suspensive d’obtention de prêt (Cass. Civ I : 3.1.96).

Dans l’arrêt du 28 mars 2003, la Cour de cassation va plus loin puisqu’elle s’en tient à la seule connaissance du maître d’oeuvre du recours à un prêt pour financer les travaux par le biais d’une mention insérée dans le contrat de maîtrise d’œuvre, pour retenir que le contrat de maîtrise d’œuvre est conclu sous condition suspensive d’obtention de prêt. Ainsi, elle a interprété la mention du contrat de maîtrise d’œuvre qui prévoit pour les honoraires un « règlement après déblocage des prêts » comme une condition suspensive relative au financement. En l’espèce, les honoraires du maître d’œuvre n’étaient pas, comme en 1996, inclus dans le financement global. La conséquence est lourde pour le professionnel : le prêt n’ayant pas été obtenu, le contrat de maîtrise d’œuvre est résolu et les sommes perçues sont restituées intégralement au maître d’ouvrage emprunteur.

 

Date : 2007-05-16
Sources : ANIL    

Retourner au sommaire


Création Cédric Vanuxeem