Guide

Référence

Nos agences

Cedric V. immo
208 Grand Rue
59138 Pont sur Sambre
03 27 64 05 06

--------------

Cedric V. Immo
31 place Leclerc
59440 Avesnes sur Helpe

03 27 65 13 90

--------------

Cedric V. Immo
Galerie marchande Carrefour
59610 Fourmies
03 27 60 01 00

--------------

Cedric V. Immo
14 rue Saint Maur 59570 Bavay
06 40 58 75 85
(pendant notre déménagement vers la place de Gaulle à Bavay)



Qualité de l'habitat :

La prévention des risques d'accidents de la vie quotidienne

Article publié par la FNAIM

La prévention des risques d'accidents de la vie quotidienne



Attribués à tort à la malchance, les accidents de la vie courante, à l'origine de plus de 20.000 décès chaque année, sont pourtant évitables. Parce qu'ils surviennent majoritairement dans la maison, un tour du propriétaire, pièce par pièce, s'impose.

Si les accidents de la vie quotidienne peuvent survenir n'importe où : école, salles de sport, transports en commun ; c'est à la maison que les risques sont les plus élevés (61% des accidents de vie courante, selon une étude de la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés, CNAMTS). Tapis glissant, casseroles bouillantes, prises électriques... les pièces à vivre regorgent de pièges potentiellement dangereux, si l'on n'est pas vigilant. Avec comme premières victimes les enfants et les personnes âgées, les accidents de la vie quotidienne sont responsables de 20.000 décès chaque année. Soit 3 fois plus que sur la route ! Un chiffre considérable qui baisse lentement. Puisque seule la prévention est en mesure d'accélérer le processus, voici nos conseils pour limiter les risques dans chaque pièce.

La cuisine : attention danger maximal !


Les flammes, les casseroles bouillantes, les objets contondants... font de la cuisine le lieu le plus dangereux de la maison (24% des accidents, selon l'étude CNAMTS).

Intoxication/étouffement


Rangez en hauteur (hors de portée des enfants) les produits d'entretien et les médicaments. Pour les meubles sous évier, optez pour un système de fermeture de type « Butak », à l'épreuve des enfants de moins de 4 ans.

Préférez les produits munis de bouchon dits de « sécurité ».

Retenez : à chaque produit, sa bouteille et son étiquette. Autrement dit, n'utilisez jamais un récipient à usage alimentaire pour contenir un produit d'entretien.

Contre l'intoxication au monoxyde de carbone, ne bouchez pas les ventilations et vérifier les conduits de gaz. Pour en savoir plus, consultez notre dossier sur le sujet.

Ne laissez pas traîner les sacs plastiques. En jouant avec, l'enfant risque de s'étouffer.


Brûlures


Tournez la queue de la casserole vers l'intérieur de la plaque de cuisson. A savoir : les brûlures par liquides chauds sont les plus fréquentes et touchent principalement les enfants de moins d'1 an (59% des cas).

Attention à la température de l'eau sortant du robinet. 3 secondes sous de l'eau à 60°C suffisent pour brûler un enfant au 3ème degré ! Sachez qu'il existe des systèmes limitant la température d'arrivée d'eau chaude à 50°C.

Préférez le four muni du système « double porte ». Autre option : le placer en hauteur.

Ayez le réflexe de mettre des protections sur les plaques de cuisson, après chaque utilisation.

Pensez à installer des cache-prises encastrables. Surveillez aussi vos éventuelles rallonges.


Coupures


Veillez à ne pas laisser les ustensiles coupant à la portée des enfants. Rangez-les de référence dans des tiroirs munis de « blocs tiroirs ».

Débranchez systématiquement les appareils ménagers électriques (mixer...) après utilisation.

Ne laissez pas le lave-vaisselle ouvert avec des verres ou des couteaux à portée de main.



Chutes


Ne jamais laisser un sol humide ou encombré, propice à la glissade.

Pour les bébés, utilisez une chaise haute, norme NF, en fixant l'enfant par l'entrejambe. A savoir : la chaise haute est responsable du plus fort taux d'hospitalisation (20%), entraînant souvent des traumatismes crâniens.

En règle générale, ne laissez jamais votre enfant seul dans la cuisine.



Le salon : pollution et incendies


Ne laissez pas traîner les fils électriques.

Fixez les tapis à l'aide de rubans adhésifs.

Evitez les plantes toxiques de type Dieffenbachia.

Vérifiez que vos lampes halogènes sont aux normes NF, munies donc d'un écran protecteur et tenues à distance des rideaux. Pour info, une lampe de 500 W peut dégager une température s'élevant jusqu'à 580°C.

Veillez à ne pas laisser de bougies allumées sans surveillance. Idem pour les diffuseurs de parfum.

Faites ramoner la cheminée, au moins une fois par an.



La salle de bain : les risques de noyade


Une étude menée par le Système européen de surveillance des accidents a montré que la salle de bain était rarement perçue comme un lieu potentiellement dangereux. Et pourtant, après la chute, qui constitue l'accident le plus fréquent (42%), l'intoxication, les coups et les collisions sont nombreux. Et particulièrement chez les enfants âgés de 1 à 4 ans. Heureusement, la plupart du temps, ils sont bénins.

Ne laissez jamais votre enfant seul dans la baignoire, et ce même si le niveau de l'eau est bas. 20 cm suffisent pour qu'il se noie !

Rangez vos médicaments et produits toxiques dans une armoire fermée à clef ou hors de portée des enfants.

Supprimez les bouteilles en verre des bords de la baignoire.

Adoptez des revêtements de sol adhésifs et antidérapants.

On le sait : eau et électricité ne font pas bon ménage. L'usage d'appareils électrique à proximité d'une source d'eau nécessite toute votre vigilance. N'utilisez pas de chauffage d'appoint dans la salle de bain.



La chambre : prévenir les contusions


Lieu de repos par excellence, la chambre cache pourtant bien son jeu. L'ennemi n°1 : le lit superposé. Même si peu d'accidents sont à déplorer, ils n'en sont pas moins graves. Traumatismes crâniens, contusions ou fractures, survenant le plus souvent au cours de jeux, peuvent être la conséquence d'une chute en hauteur.

Achetez un lit superposé (ou d'enfants) aux normes NF.

Ne couchez pas un enfant de moins de 6 ans dans le lit supérieur.

Evitez de placer un meuble à angle aigu à proximité du lit.

Disposez un tapis épais ou de la moquette pour amortir d'éventuelles chutes.

Placez des entrebâilleurs ou protections qui limitent l'ouverture des fenêtres.

Evitez les jouets qui traînent par terre, susceptibles de provoquer des glissades



Les escaliers : gare aux chutes !


Eclairez les escaliers.

Recouvrez les marches de moquette ou cirez-les avec de la cire antidérapante.

Equipez-les de rampes.

Attention aux intervalles des barres de rampes que l'enfant ne puisse pas y passer la tête.

Placez une barrière de protection aux normes, quand l'enfant est trop petit.

En bas de l'escalier, placez un tapis qui viendra atténuer une éventuelle chute.


Sachez que les accidents domestiques surviennent également aux abords de la maison, comme le garage ou le jardin.



Votre piscine est-elle aux normes ?


Conséquence du réchauffement climatique ou simple effet de mode, les piscines suscitent un véritable engouement chez les Français. Leur nombre a dépassé le million en 2006 (+60% en 5 ans). Une hausse exponentielle qui va malheureusement de pair avec les accidents : plus de 100 noyades par an1. C'est dire si la vigilance est de mise. Depuis 2006, la réglementation s'est considérablement renforcée : toutes les piscines privées doivent être équipées d'un système de sécurité visant à prévenir les risques de noyade. Une mesure indispensable qui ne remplace en rien une surveillance active et de tous les instants, dès qu'un enfant est à proximité d'une piscine.

Selon l'enquête « Noyades 2006 » de l'INVS (Institut national de veille sanitaire)

 

Date : 2008-05-13
Sources : FNAIM    

Retourner au sommaire


Création Cédric Vanuxeem